DES PERLES DU RHONE
Passion Shih-Tzu
 
Vign_12345548_10153489309919635_8854269906866909686_n
LA PRIERE DU CHIEN
Vign_39861818_2009866142397106_2895636366501085184_n
 
Vign_images

C’est juste un chien

De temps en temps les gens me disent « voyons, c’est juste un chien » ou « tu en dépenses de l’argent juste pour un chien »… distances parcourues, le temps passé ou les coûts que ça implique pour « juste un chien ».

Pourtant, plusieurs des moments dont je suis le plus fier sont survenus à cause de « juste un chien ».

J’ai passé bien des heures avec, pour seul compagnon, « juste un chien » et je ne me suis jamais senti moindrement seul.

Certains de mes moments les plus tristes sont survenus à cause de « juste un chien » et, dans ces jours sombres, le doux contact de « juste un chien » m’a donné du réconfort et permis de traverser la journée.

Si vous aussi pensez que c’est « juste un chien », alors vous comprendrez probablement des phrases comme « juste un ami », « juste un lever de soleil » ou « juste une promesse ».

« Juste un chien » apporte dans ma vie la véritable essence de l’amitié, de la confiance et d’une joie passionnée.

« Juste un chien » fait ressortir la compassion et la patience qui fait de moi une meilleure personne.

A cause de «juste un chien » je me lèverai de bonne heure, prendrai de longues marches et regarderai vers le futur.

Alors pour moi et les gens comme moi, ce n’est pas « juste un chien » mais l’incarnation de tous les espoirs et rêves du futur, le doux souvenir du passé et la pure joie du moment.

« Juste un chien » fait sortir ce qu’il y a de bon en moi et me détourne de mes pensées et des problèmes de la journée.

J’espère qu’un jour ils pourront comprendre que ce n’est pas « juste un chien » mais l’être qui m’a donné l’humanité et qui m’a préservé de n’être que… « juste un homme ou une femme ».

Alors la prochaine fois que vous entendrez la phrase « juste un chien »… souriez, parce que c’est « juste qu’ils n’ont pas compris ».

Texte de Richard Biby.


 
Vign_12122875_882080641912273_2393792391001012436_n
AVOIR UN CHIEN
Vign_27797616_1005119249627227_8936480510069713633_o

Avoir un chien, ce n’est pas posséder.

Avoir un chien, c’est être.

Ce n’est pas être « propriétaire », c’est être « responsable ».

Ce n’est pas être « maître », c’est être « partenaire ».

Le vrai « maître », c’est le chien.

Pas parce qu’il nous domine, mais parce qu’il nous enseigne.

Avoir un chien, c’est exister.

C’est exister pour un être qui n’a d’yeux que pour vous. Qui ne vit que pour vous.

Ce n’est pas céder à un « il est trop mignon », à un caprice ou à une pulsion.

Même s’il en faut un peu, du caprice.

Il faut être capricieux envers soi-même pour avoir le courage de sauter le pas, de se dire un jour « je ne serai plus un. » Deux, on peut l’être pendant plus de 15 ans.

Il faut une part de courage pour décider d’avoir deux ombres pendant si longtemps.

Mais avoir un chien, ce n’est pas « je prends ce qui m’arrange ».

Ce n’est pas prendre le mignon, la douceur et l’affection, et faire abstraction du reste.

Ce n’est pas demander à un animal d’être une peluche ou un robot. C’est accepter l’imperfection.

C’est se faire à l’idée que tous les chiens ne sont pas exactement comme on les avait rêvés.

C’est s’adapter à lui autant que lui fait d’efforts pour s’adapter à nous.

C’est apprendre à le comprendre et même à l’anticiper.

C’est lâcher son écran pour lancer une balle.

C’est enlever ses chaussons et mettre ses chaussures.

C’est quitter sa couette pour sortir dans le froid et sous la pluie.

C’est ramasser des crottes, éponger des vomis ou d’éventuels pipis.

C’est aller chez le vétérinaire de nuit, un jour férié.

C’est faire face aux contrariétés, de la bêtise la plus anecdotique à la douleur la plus insurmontable.

C’est dépasser les incompréhensions en se donnant les moyens de bâtir une relation forte, saine et harmonieuse.

Et digne, jusqu’au bout.

Avoir un chien, c’est avoir ce que les autres appellent des « contraintes ».

Mais avoir un chien, c’est être convaincu que ce que les autres appellent des « contraintes » n’en sont pas réellement.

Parce que tout ce qui peut être considéré comme une contrainte est précisément ce dont le chien a besoin.

Par amour, il faut répondre à ces besoins.

Et aucune preuve d’amour sur Terre n’est une contrainte.

MAGNIFIQUE TEXTE : A LIRE
Vign_32413687_10214183258488581_2986889140047446016_n

Texte juste magnifique :

Mon cher humain,

Je vois que vous pleurez, car c'est mon moment de partir. Ne pleure pas, s'il te plaît. Je veux t'expliquer certaines choses. Tu es triste parce que je suis partie, mais je suis content de t'avoir rencontré. Combien de chiens comme moi meurent tous les jours sans rencontrer quelqu'un de spécial comme toi ?

Je sais que ça vous attriste mon départ, mais je devais y aller maintenant. Je veux te demander de ne pas te blâmer pour quoi que ce soit. Je t'ai entendu sangloter que tu aurais dû faire autre chose pour moi. Ne dis pas ça, tu as fait beaucoup pour moi ! Sans toi, je n'aurais rien su de la beauté que je porte avec moi aujourd'hui.

Vous devez savoir que nous les animaux vivons le présent intensément et nous sommes très sages : nous profitez chaque petite chose chaque jour, et oublions le mauvais passé rapidement. Nos vies commencent quand on connaît l'amour, le même amour que tu m'as donné, mon ange sans ailes et deux jambes.

Sachez que même si vous trouvez un animal gravement blessé, et que vous n'avez qu'un peu de temps dans ce monde, vous fournissez un énorme service en vous accompagnant dans votre dernière transition.

Aucun d'entre nous n'aime être seul, sauf quand on réalise qu'il est temps de partir.

Peut-être pour vous ce n'est pas si important que l'un d'entre vous soit à côté de nous nous caressant et tenant notre patte, nous aide à aller en paix.

Plus de pleurs, s'il vous plaît. Je serai heureuse. J'ai en mémoire le nom que tu m'as donné, la chaleur de ta maison qui, en ce moment, est devenue la mienne. Je prends le son de ta voix qui me parle, même si je ne comprends pas toujours ce que tu me disais.

Je porte dans mon coeur toutes les caresses que tu m'as donné.

Tout ce que vous avez fait était très précieux pour moi et je vous remercie sans cesse, je ne sais pas comment vous le dire, parce que je ne parle pas votre langue, mais sûrement à mes yeux vous pourriez voir ma gratitude.

Je vais juste demander deux faveurs. Lave-toi le visage et commence à sourire.

Rappelle-toi à quel point nous vivons ensemble ces moments, souviens-toi des singeries que j'ai faites pour te remonter le moral.

Revivre comme moi tout le bien qu'on partage en cette fois.

Et ne dites pas que vous n'allez pas adopter un autre animal, parce que vous avez beaucoup souffert de mon départ. Sans toi, je ne vivrai pas les beautés que j'ai vécues.

S'il vous plaît, ne faites pas ça ! Il y en a beaucoup comme moi qui attendent quelqu'un comme toi.

Donne-leur ce que tu m'as donné, s'il te plaît, ils en ont besoin comme j'avais besoin de toi.

Ne garde pas l'amour que tu as à donner, par peur de la souffrance.

Suivez mon conseil, chérissez le bien que vous partagez avec chacun d'entre nous, reconnaissant que vous êtes un ange pour nous les animaux, et que sans les gens comme vous notre vie serait plus dure que parfois elle l'est.

Suis ta noble tâche, maintenant c'est à moi d'être ton ange.

Je vous accompagne sur votre chemin et vous aide à aider les autres comme moi.

Je vais parler à d'autres animaux qui sont ici avec moi, je vous dirai tout ce que vous avez fait pour moi et je vais dire et dire fièrement : "C' est ma famille".

Ce soir, quand tu regardes le ciel et que tu vois une étoile qui clignote, je veux que tu saches que c'est moi qui cligne des yeux ; te prévenir que je suis bien arrivé et te dire "merci pour l' amour que tu m' as donné".

Je te dis au revoir maintenant ne dis pas " au revoir ", mais " à plus tard ".

Il y a un ciel spécial pour les gens comme vous, le ciel où nous allons et la vie nous récompense en nous y faisant rencontrer.

Je t'attendrai !"

© 2011 perlesdurhone
Créer un site avec WebSelf