DES PERLES DU RHONE
Passion Shih-Tzu
 
Vign_pixiz-23-12-2020-16_50_07
L'épilepsie chez le chien
Vign_epilepsie-chien

L’épilepsie est une crise convulsive répétée, due à une activité électrique anormale et excessive dans le cerveau de l’animal. Les signes sont assez visibles et reconnaissables. Il est important de consulter un vétérinaire si les crises d’épilepsie de votre chien sont fréquentes ou longues.

L'ÉPILEPSIE DU CHIEN

Votre vétérinaire ne pourra assister que rarement à une crise d’épilepsie de chien car heureusement ces crises ne durent pas très longtemps. Votre sens de l’observation lui sera donc d’un grand secours lors de la consultation pour analyser les symptômes, déterminer le type d’épilepsie dont le chien est atteint, et quels soins seront nécessaires. En effet, il existe deux grands types d’épilepsie chez le chien. Qui plus est, les crises se décomposent en 3 phases qui sont souvent difficiles à discerner et à décrire. Les descriptions suivantes vous aideront dans vos observations et vos commentaires au vétérinaire. Et sans doute aussi pour vous rassurer la plupart du temps.

Les trois phases d’une crise d’épilepsie du chien peuvent se décomposer de la façon suivante :

La première phase qui précède la crise d’épilepsie

Le chien se lèche les babine et/ou se promène sans raison apparente

Le chien salive beaucoup, urine ou vomit

Le chien montre des signes de stress : aboiements, pleurs, isolement ou fuite, demandes de caresses…

La deuxième phase de la crise, dite convulsive

Le chien a des convulsions et c’est sans doute le moment le plus impressionnant pour la majorité des propriétaires. Les muscles se raidissent, le chien peut tomber par terre, ses pattes étant très tendues et la tête rejetée en arrière. Vous pouvez aussi remarquer chez lui des contractions et des mouvements de pédalage.

Autres signes possibles :

tremblements, vomissements, aboiements ou gémissements, salivation, respiration rapide et difficile et parfois leur langue peut bleuir.

La troisième phase qui suit la crise d’épilepsie

La crise étant passée, le chien demeure souvent immobile au sol dans un premier temps, puis il essayera de se relever plus ou moins vite et avec plus ou moins de succès. Des modifications de son comportement pourront ensuite se remarquer pendant un laps de temps qui ira de quelques minutes à plusieurs jours. Par exemple :

Démarche mal assurée

Grande envie de manger et de boire

Difficultés à contrôler ses mouvements

Faiblesse générale

Parfois une cécité passagère

Les deux types d’épilepsie chez le chien

L’épilepsie dite « primaire »

On parle d’ « épilepsie primaire » cas lorsque le chien ne présente par ailleurs aucune cause identifiée pour être affecté d’épilepsie. Dans ce cas, le chien est en bonne santé générale, il ne montre aucune prédisposition particulière et ce n’est qu’en étant témoin d’une crise d’épilepsie de sa part que l’on s’en rend compte. C’est dans ce cas particulier que les observations précises du propriétaire seront un atout pour le vétérinaire dans son diagnostic et dans le traitement le cas échéant.

N’importe quelle race de chien peut être affectée par l’épilepsie, du chien Poméranien à l’épagneul ; mais il existe des races qui sont génétiquement plus exposées : Beagle, Boxer, Berger Allemand, Teckel, Caniche, Labrador… Pour plus d’informations interrogez votre vétérinaire sur les risques spécifiques de certaines races.

L’épilepsie dite « secondaire »

Dans ce cas d’épilepsie secondaire, la cause est à rechercher dans des problèmes de santé sous-jacents qui vont expliquer les crises. Votre vétérinaire pourra alors réaliser des tests pour rechercher ces causes et prescrire le traitement adapté.

Parmi les problèmes courants pouvant provoquer des crises d’épilepsie chez le chien, citons :

Certaines infections

Des problèmes rénaux

Les traumatismes crâniens ou les tumeurs cérébrales

Certaines intoxications à des produits chimiques…

A la différence de l’épilepsie primaire, dans ces derniers cas le vétérinaire pourra soigner la cause même de l’épilepsie.

Diagnostiquer l’épilepsie du chien

Tout diagnostic commencera par une analyse sanguine pour vérifier la présence d’une infection, le dysfonctionnement des reins ou du foie, une hypoglycémie… Votre vétérinaire pourra aussi avoir recours à une IRM, un scanner ou un électro-encéphalogramme pour vérifier l’état et l’activité du cerveau.

Si aucune anomalie n’est détectée après ces examens, l’épilepsie primaire sera sans doute diagnostiquée chez votre chien.

Existe-t-il des traitements contre l’épilepsie chez le chien ?

Autant l’épilepsie secondaire peut être soignée en traitant sa cause, autant l’épilepsie primaire ne peut pas l’être. Mais votre chien peut parfaitement vivre de longues années avec une épilepsie, à la condition que vous la contrôliez, avec l’aide de votre vétérinaire.

Mon chien est malade : quelle nourriture lui donner ?

L’épilepsie chez le chien, comme nous l’avons vu, peut avoir des causes diverses et avoir des manifestations différentes.

Ceci étant dit, un chien bien nourri et en bonne santé aura un organisme plus résistant et pourra récupérer plus rapidement. La nourriture que vous proposez à votre chien est une composante importante de son état de santé global. En cas de doute, n’hésitez pas à vous adresser à votre vétérinaire, qui pourra vous orienter.

Certaines marques (comme Purina ProPlan Chien par exemple) proposent des croquettes pour chien allergique ; ou des croquettes pour chien à la digestion difficile. De nombreuses solutions d’alimentation pour chien sont disponibles, choisissez celle qui convient le mieux à voter compagnon, et contribuera à le rendre plus heureux !

Le traitement antiépileptique / son objectif
Vign_chien-compassion

LA CONSULTATION DU CHIEN ÉPILEPTIQUE

Quand consulter ?

Dès la première crise observée. Le chien en a peut-être déjà fait en votre absence.

Comment le vétérinaire établit-il le diagnostic d’épilepsie idiopathique ?

Il s’agit d’un diagnostic par exclusion (par écartement de toutes les autres causes possibles de convulsions), la consultation sera donc méthodique. Vous allez être rigoureusement interrogé par le praticien, et le dialogue est primordial.

Le vétérinaire s’intéressera d’abord au chien (race, âge, origines, mode de vie, état de santé, exposition possible à des toxiques ou médicaments…). Puis il vous posera des questions sur les crises d’épilepsie proprement dites : date d’apparition, contexte, éventuelles anomalies concomitantes, crise unique ou multiple, description la plus précise possible de la crise (un film est un plus !) : changement de comportement avant la crise, perte de conscience ou pas, durée, intensité, etc…

Il passera ensuite à l’examen clinique général, et neurologique, associés à d’éventuels examens complémentaires (examens sanguins, scanner/ IRM le cas échéant…) permettant d’écarter les autres causes de crises convulsives. En l’absence d’anomalies, le diagnostic d’épilepsie idiopathique est alors posé.

Le traitement antiépileptique / son objectif

L’épilepsie est une maladie chronique dont le chien ne guérira pas. L’objectif du traitement est donc de diminuer le nombre, l’intensité et la durée des crises, et de raccourcir la phase de récupération post-crise. Selon le chien, et la situation initiale, les objectifs ne seront pas les mêmes. L’idéal est de mettre en place un traitement précoce sans attendre une aggravation.

Le suivi régulier du chien, surtout les premières semaines, est indispensable, de façon à ajuster au mieux le traitement. Le bon dosage d’antiépileptique est rarement atteint la première fois, et il est souvent nécessaire de le modifier pour obtenir le contrôle de l’épilepsie. Motivation, patience et persévérance sont les maîtres mots dont vous devez vous souvenir en épilepsie !

La vie avec un animal épileptique

L’irruption de l’épilepsie dans la vie de votre chien amène un certain nombre de questions et soulève des inquiétudes. Mais moyennant un suivi régulier et quelques adaptations, la qualité de vie de votre chien et de la famille peut être préservée.

Le dialogue et la relation avec votre vétérinaire sont essentiels pour procurer à votre animal épileptique le meilleur traitement possible. Le rythme de vie des chiens épileptiques doit être le plus régulier possible en offrant un cadre de vie bienveillant sans stress. L’alimentation doit aussi être surveillée : les antiépileptiques augmentent la faim ; il faudra donc surveiller une éventuelle prise de poids, et si besoin, demander conseil au vétérinaire. Le sport est tout à fait possible, mais au moindre signe de fatigue, il faut arrêter et mettre l’animal au calme.

© 2011 perlesdurhone
Créer un site avec WebSelf